SYNDROME RESPIRATOIRE AIGU S?V?RE

Warning message

This news item is more than a year old. Links, graphics, content, medical information, and statistics may be out of date. We invite you to search, visit our homepage, or contact us to find more current information on the topic you're looking for.

SYNDROME RESPIRATOIRE AIGU SÉVÈRE

L’Association pulmonaire du Canada connaît une augmentation massive du nombre de visites relatives à la pneumonie sur son site web

Le 18 mars 2003 – L’Association pulmonaire surveille de près les cas de Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) rapportés au Canada et partout dans le monde.

Malgré l’appel de Santé Canada de ne pas céder à la panique, les Canadiens cherchent de l’information concernant le SRAS sur Internet. Par conséquent, l’Association pulmonaire connaît une augmentation massive du nombre de visites sur son site web. Le 13 mars, alors que les premiers cas de SRAS ont été rapportés et médiatisés, le www.poumon.ca a compté plus de 227 000 pages vues, tandis qu’il en présente habituellement 22 000.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les symptômes du Syndrome respiratoire aigu sévère comprennent une fièvre de plus de 38 degrés Celsius et les symptômes respiratoires suivants : toux, essoufflement et gêne respiratoire. Dans quelques cas, les symptômes s’aggravent au point d’engendrer une difficulté respiratoire sévère et la mort. Même si la maladie s’apparente à un cas de grippe sévère et qu’il est peu probable qu’elle soit le résultat d’une infection bactérienne, aucune cause n’a encore été identifiée. Comme pour toute autre maladie respiratoire, l’Association pulmonaire recommande fortement la consultation auprès d’un médecin pour s’assurer un diagnostic sûr et un traitement approprié, dans le cas où les symptômes seraient manifestes.

L’agent causal de cette infection n’a pas encore été identifié en dépit de vastes recherches par des laboratoires qualifiés. « Il est possible d’être confronté à un nouvel agent causal infectieux », à déclaré Dr Ronald Grossman, porte-parole pour la Société canadienne de thoracologie de l’Association pulmonaire.

Jusqu’à maintenant, il y a deux groupes distincts de cas du syndrome – un individu ou une famille en Colombie-Britannique et un autre groupe incluant une famille à Toronto. Le nombre total de cas probables et soupçonnés s’élève à 11 jusqu’à aujourd’hui.

« Le risque de transmission semble faible à l’exception où il y a contact rapproché  avec une personne infectée. Les voyages vers des zones où circule la maladie ne connaissent encore aucune restriction pour le moment »  ajoute Dr Grossman.

Santé Canada travaille étroitement avec tous les professionnels de la santé au niveau provincial et régional afin d’intensifier la surveillance et de reconnaître d’autres cas présentant le syndrome, davantage chez les personnes en provenance de l’Asie. De concert avec l’OMS et les responsables de CDC (Centers for Disease Control and Prevention), Santé Canada s’assure de répondre à l’état d’urgence.

Santé Canada a amorcé les activités suivantes :

  • En collaboration avec les provinces, les territoires et les services de santé municipaux, Santé Canada a enclenché une surveillance accrue dans le but de reconnaître les cas de SRAS.
  • Les responsables des aéroports internationaux Pearson et de Vancouver ont été contactés afin d’activer les protocoles relatifs au dépistage des personnes qui présentent les symptômes du syndrome. De plus, Santé Canada a envoyé du personnel à ces aéroports afin d’assister les responsables à la surveillance des passagers.
  • Santé Canada travaille dans le but de distribuer des avis d’alerte médicale aux passagers internationaux en destination vers ou en provenance de Hong Kong afin de les prévenir de la présence du SRAS et de les informer des symptômes tels fièvre de plus de 38 degrés Celsius ET un ou plusieurs symptômes respiratoires suivants : toux, essoufflement et gêne respiratoire.

Des échantillons prélevés des cas retrouvés en C.-B. et en Ontario ont été envoyés au Laboratoire national de microbiologie (LNM) de Santé Canada, situé à Winnipeg, afin d’effectuer les tests appropriés à la détermination de la cause de ces cas, semblables à la pneumonie. Lorsque les résultats seront connus, le LNM les communiquera à tous les médecins traitants.

Pour plus d’information :

https://www.cdc.gov/ncidod/sras/

http://www.hc-sc.gc.ca/english/protection/mise_garde/2003/2003_11.htm

http://www.who.int/csr/sars/fr/

https://www.lung.ca/pneumonia/

AddThis Social Sharing Icon

Page Last Updated: 29/11/2017